Le Blog des Fondateurs

La poussière retombée


06-VENTOSE

Deux mois se sont écoulés. Qu’a-t-on vu depuis que la poussière est retombée, depuis que l’horreur a pris place dans notre quotidien? Peu de choses. L’occasion est passée de prendre la question du terrorisme à bras le corps. Pour l’heure, des mouvements sympathiques mais symboliques se sont manifestés, comme l’exaltation de la Marseillaise et du drapeau tricolore. Et à part ces mouvements éloquents, restent un état d’urgence, susceptible de prorogation, qui a été utile quinze jours, et une modification de la Constitution peu mobilisatrice, pétrie d’arrière-pensées électoralistes, embourbée de plus dans des contestations hors de propos. Voilà le triste résumé des réactions concrètes de la République.

Les vagues d’émotion et de colère, les sentiments d’ingratitude et de trahison qui ont bouleversé la population débouchent sur cette impuissance. Des idées énergiques ont cependant émergé, émanant d’ailleurs de camps politiques divers : une garde nationale, le retour d’un service national, la perspective d’une utilisation systématique du fichier « S », des prêches religieux en français, exclusion d’imams fondamentalistes, interdiction des sites djihadistes. Pour l’heure, le courage et la détermination manquent pour aller plus loin dans ces directions. Aussi horrible que soit l’hypothèse, désormais, puisque les leçons n’ont pas été tirées, il faut craindre une nouvelle catastrophe, peut-être de plus grande ampleur.

Pourtant, on sent bien que dans ses tréfonds, la population demande la fin de l’angélisme, des concessions, des reculades et de l’aveuglement. Ainsi en est-il de la déchéance de nationalité au sujet de laquelle l’immense majorité des Français n’a pas d’état d’âme. (Notons au passage que pendant la Révolution, les Emigrés étaient naturellement déchus de leur nationalité) Voilà pourquoi depuis les attentats, les mensonges ou les occultations de faits avérés au motif qu’il ne faut pas stigmatiser telle communauté sont devenues insupportables. On découvre même que des exactions d’immigrés musulmans en Allemagne ou en Suède sont tues ou camouflées par les autorités policières. N’est-il pas temps de dire les vérités, si dérangeantes soient-elles, sans courir le risque d’être accusé d’islamophobie ?

Historiquement, la France a accueilli des vagues migratoires multiples et a su les intégrer rapidement. Il semble qu’il faille beaucoup plus de temps pour intégrer une partie des immigrés récents, peut-être parce que la République s’est montrée trop faible. Il convient donc de rétablir un mode de fonctionnement qui consiste à faire comprendre et accepter les valeurs de Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité, à expliquer les droits et les devoirs de chaque membre de la communauté nationale, de favoriser l’expression de la défense de la République. Dans cet esprit, et pour rester enraciné dans la Révolution, serait-il saugrenu de rétablir un serment civique solennel, de la part de chaque citoyen à l’occasion de son dix-huitième anniversaire, par exemple? Source d’inspiration, le serment imposé le 15 Août 1792 portait: « Je jure d’être fidèle à la nation, de défendre la Liberté et l’Egalité ou de mourir à mon poste. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>