Le Blog des Fondateurs

PAS DE QUOI RIRE


01-VENDEMIAIRE

Un 1er Avril sombre cette année : le mois de Mars 2018 nous a offert un festival de bien tristes élections. En théorie, qui dit élection dit démocratie. Mais pour les dictateurs, qui dit élection dit maquillage de la dictature. Prorogation des mandats, pouvoir à vie, mascarade d’élections, vernis démocratique, c’est ce à quoi se sont consacré Xi Jin Ping en Chine le 11 Mars, Poutine en Russie le 18 Mars et enfin Al Sissi en Egypte le 29 Mars. Quel ennui pour eux de devoir organiser un scrutin qui nécessite un surcroît d’efforts en termes d’intimidation, de propagande, de menaces, de surveillance et de neutralisation d’opposants. Quelle fatigue ! Ce n’est pas tout. Les pauvres doivent surmonter les obstacles constitutionnels – maquillage oblige – qui peuvent se présenter.
Voyons la Chine. Depuis Mao, les Chinois se méfiaient du pouvoir à vie et limitaient à deux les mandats de cinq ans des timoniers successifs. Mais Xi a convaincu son peuple de la vétusté de cette disposition. Et l’Assemblée Nationale Populaire en lui offrant un deuxième mandat a supprimé cette épine.
En Russie, même problème. Le tout-puissant Poutine, déjà Président de 2000 à 2008 puis depuis 2012 ne voudra pas subir une nouvelle fois le ridicule des chaises musicales avec son premier ministre Medvedev, président-pantin de 2008 à 2012. Pour l’éviter, une seule solution : supprimer bientôt l’irritante limite à deux mandats de six ans consécutifs.
En Egypte, Al Sissi a moins d’ancienneté mais un avenir comparable. Réélu pour un deuxième mandat de quatre ans, il ne saurait se soustraire au sacrifice que ne tardera pas à lui réclamer l’Egypte, savoir le don de sa personne, bien sûr au service du peuple, sans limite de temps.
Deux conclusions au lieu d’une. D’une part, on ne peut éviter de citer Nicolas Sarkozy, que l’on croyait assagi : « Quels sont les grands leaders du monde aujourd’hui ? Le Président Xi, le Président Poutine (…) Comment peut-on avoir une vision à dix, quinze ou vingt ans, et en même temps avoir un rythme électoral aux Etats-Unis tous les quatre ans ? (…) Le Président Xi considère que deux mandats de cinq ans, dix ans, c’est pas assez (sic). Il a raison ! » Déprimant de constater qu’une fascination irresponsable gagne un ancien Président de la République Française.
D’autre part, un rappel historique et comparatif s’impose. En Russie, Poutine a laissé sept opposants se présenter tout en empêchant la candidature d’Alexeï Navalny, le seul qui pouvait lui faire un peu d’ombre. Habile, Poutine est réélu avec près de 77% des voix, score extrêmement confortable, évidemment suspect. Mais Poutine veut rester crédible. C’est l’objet de ce scrutin maîtrisé, pour lui, irréprochable.
Moins malin, Al Sissi atteindrait 96.9%. A force d’emprisonner, bannir, neutraliser par tous les moyens tous les candidats d’opposition potentiels, il s’est retrouvé seul ! Il lui a fallu solliciter un copain qui, gentiment, s’est présenté contre lui, tout en annonçant qu’il voterait Al Sissi !
Encore plus maladroit, Xi Jin Ping n’a laissé s’exprimer que six voix contestataires sur 2964 représentants à l’Assemblée Nationale Populaire, soit un pourcentage de 99.80% ! Il fallait oser.
Mais Napoléon Bonaparte a fait mieux. Le 7 Février 1800 il enterre de fait la République démocratique par un plébiscite approuvé à 99.93%. Il s’octroie le pouvoir à vie le 2 Août 1802 avec un plébiscite approuvé à seulement – un coup de mou sans doute – 99.77%. Mais il se reprend lors d’un troisième plébiscite le 2 Août 1804 qui le fait Empereur héréditaire avec 99.95% d’approbation. Ces chiffres-records signalent une dictature implacable qui accompagne une ambition démentielle jusqu’à la gigantesque catastrophe finale.
Mais en Mars 2018, les leçons du passé, les souffrances et désastres colossaux imputables aux dictatures de toutes époques, semblent oubliés. Pas de quoi rire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>