Le Blog des Fondateurs

L’INVASION DES PINOCCHIOS


ROGER-DUCOS

La marionnette Pinocchio, en tant que telle, n’a aucune consistance. Elle ment, c’est tout. De nos jours, des responsables politiques en nombre croissant semblent s’en inspirer.
Quelques rappels :
Royaume Uni: un Nigel Farage, un Boris Johnson ont fait croire, à coups de promesses insensées et mensonges rassurants que le Brexit, le retour aux frontières étriquées d’avant l’Union Européenne, allait ouvrir un nouvel âge d’or pour les seuls Britanniques. Et ils s’esquivent ou démissionnent quand il s’agit d’assumer les conséquences de ce choix calamiteux.
Etats-Unis: on ne présente plus Donald Trump, VIP comme Vulgaire, Ignare, Paresseux. L’homme des fake news, des traités internationaux déchirés, des discours haineux, du flux incessant de déclarations contradictoires et mensongères. Un élément positif apparaît ? C’est grâce à son glorieux nombril ; dans tous les autres cas, des boucs émissaires choisis sont cause des déconvenues.
Italie: Matteo Salvini a promis sciemment l’intenable : une baisse des impôts couplée à une augmentation des dépenses publiques. Ainsi, l’Italie triomphera, seule, avec le gonflement de sa dette nationale, déjà démesurée, contre l’odieuse Europe de la Commission. Particularité du Pinocchio de la Ligue (ex du Nord): les mouches ont changé d’âne. Il y a peu, le mezzogiorno était la cause de tous les maux et vices de l’Italie. Mafieux, paresseux, parasite, le Sud de l’Italie justifiait un projet de scission du pays. Désormais, la Ligue trouve toute l’Italie sympathique, honnête et travailleuse. Les malheurs de l’Italie viennent de l’Europe, dont la dictature s’exerce à partir de Bruxelles.
Brésil : Dernier arrivé, Jair Bolsonaro, minable choisi parce qu’insipide, ou inversement. Elu sur la haine du Parti des Travailleurs, et l’apologie de la dictature, fantasmée en régime d’ordre bienfaiteur. Il se sait incompétent ; mais ses recettes et sa personnalité forment un copié-collé de celles de Donald Trump. Ici, cerise sur le gâteau, la caste militaire tient les ficelles de la marionnette.

La gangrène se répand. L’invasion se poursuit. Points communs entre les Pinocchios : exaltation d’un nationalisme étroit, désignation de boucs émissaires aux confins de la xénophopbie et du racisme, libéralisme à tout va, enrichissement des privilégiés, défaut de vision internationale, déni de réalité écologique, discours belliqueux ultra-agressifs, techniques modernes des fausses informations, complotisme.
Dans l’opposition, leur démagogie est criante. Au pouvoir, leurs responsabilités deviennent écrasantes. La déception inéluctable qui s’ensuivra promet des conflits mortifères. On n’attend rien des dictatures mais les démocraties méritent mieux. Constat inquiétant, l’invasion des Pinocchios tend à détruire la notion d’intérêt général. Or l’intérêt général devient celui du Globe: le XXIème siècle est le moment où la survie de l’espèce humaine passe nécessairement par une politique planétaire, transcendant les frontières.
Quel rapport avec la Convention Nationale, me direz-vous ? Aucun. Mais alors aucun. Quel contraste en effet entre les Pinocchios dont l’horizon s’arrête aux barbelés d’un enclos national et les hommes du XVIIIè siècle qui envisageaient une longue marche de tous les peuples vers une émancipation commune. Robespierre : «La famille du législateur français, c’est le genre humain tout entier. »

2 réflexions sur “ L’INVASION DES PINOCCHIOS ”

  1. Toujours très intéressant sur le fond, et très bien écrit en plus !
    La question qui reste en suspends : pourquoi, dans tous les pays occidentaux, certaines couches de la société déçues par la démocratie votent-elles massivement pour des solutions non démocratiques ?

  2. Trèèèèès fort la conclusion!
    Au fur et à mesure que j’avançais dans la lecture, je me disais: « où va-t-il aller chercher les comparaisons avec nos glorieux aînés de 1792? »
    Et paf!
    Tu nous fais le coup du contre-exemple.
    Joooooliiiii!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>