Le Blog des Fondateurs

LES ARBRES QUI CACHENT LES FORETS


09-PRAIRIAL

Lieu commun sans doute que de constater combien se répand l’utilisation du petit bout de la lorgnette. L’Histoire conserve de telles erreurs. Les exemples abondent. Ainsi, dans la France de 1940, l’arbre de la Résistance cache la forêt de la Collaboration. Aujourd’hui, l’arbre de l’Islamisme cache la forêt de l’Islam pacifique.
Ou encore plus actuel, l’arbre des députés macroniens, sots ou douteux, cache la forêt des députés compétents et honnêtes. Dans la masse des plus de trois cents députés macroniens élus, seuls les quelques députés à casserole semblent attirer l’attention. Indiscutablement, le cas fameux de Richard Ferrand, et de quelques autres profiteurs (Corinne Vignon, Bruno Bonnell, Laurent Garcia) mérite qu’on s’y arrête. D’Anissa Kheder à Emilie Guerel en passant par Fabienne Colboc et Pierre Person, quelques députés montrent en outre leurs criantes faiblesses. On compte au total une dizaine de députés macroniens à problème et il est légitime de s’en préoccuper. Mais sans perdre de vue l’essentiel : l’œuvre collective à accomplir.

Or la communication de nos jours multiplie les procès d’intention, cherche les polémiques, généralise les interprétations orientées à partir de quelques cas particuliers. Cette démarche, délibérée ou non, s’explique : l’approche politique de Macron importune la sphère médiatique, habituée pendant cinq ans au laxisme suicidaire de François Hollande. Dès lors, il importe de trouver et de mettre en lumière les individus peu représentatifs mais à forte valeur médiatique. Du coup, le risque de discréditer l’ensemble de la représentation législative macronienne s’accroît.

Une situation analogue s’est présentée sous la Convention. Pour sauver le pays, la Convention sélectionne en son sein des Représentants en Mission aux pouvoirs illimités. Ces Représentants jouent un rôle décisif dans le maintien de l’unité et la libération du territoire de la République. Au total, près de quatre cents députés remplissent près de mille missions, dont plus de quatre cents missions auprès des armées.
La Convention craint les apprentis-dictateurs qui pourraient profiter de leurs pouvoirs exorbitants, mais elle limite les risques d’arbitraire en choisissant des hommes de haute valeur morale. Les députés choisis ont justifié la confiance de la Convention … à quelques exceptions près, qui forment l’arbre de la corruption et de l’arbitraire.
Parmi celles-ci, citons, côté Montagnard, Tallien, Fréron, Barras, Carrier, Lebon, tous utilisés à profusion par la Réaction politique depuis lors. Côté Monarchiste, citons Cadroy, Mariette, Chambon, Isnard, Durand-Maillane, moins connus du grand public, mais tout aussi sanguinaires et corrompus.

Ces quelques cas cachent la forêt de l’héroïsme et du dévouement. Car il faudrait à l’inverse exalter les noms des très nombreux Représentants en Mission exemplaires, qui ont montré toutes les formes de courage et de vertu. Dans les deux cas, députés macroniens et Représentants en mission, la proportion des « pommes pourries » est comparable. Cela s’explique par les circonstances : l’urgence dicte sa loi et entraîne quelques erreurs.

Mais de grâce, avant de condamner l’ensemble de la majorité législative, laissons-la travailler et voyons à l’examen si les choix des députés se révèlent globalement positifs pour la Nation. On les critiquera quand il le faudra. Pour l’heure, qu’ils soient efficaces ! Espérons que les députés macroniens sauront travailler avec le même succès et la même abnégation pour le pays que la masse des Représentants en Mission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>