Le Blog des Fondateurs

EPURATION


HERAULT-DE-SECHELLES

Le corpus idéologique du Parti Socialiste s’est évidemment étiolé au fil du temps. De l’analyse marxiste à l’autogestion en passant par le slogan « Changer la vie », tout ou presque figure au panthéon des rêves abandonnés. Cependant, reste une volonté répandue de redistribuer revenus et patrimoine, de venir en aide aux déshérités et partout, de soulager les opprimés. Bref, si l’on s’en tient aux partis de gouvernement, il défend mieux que d’autres la devise républicaine : « Liberté, égalité, fraternité ». Pour autant, si le parti de Jaurès conserve un potentiel progressiste, il faudra bien qu’une clarification intervienne, et vite,
Car l’astéroïde Macron attire à lui des élus socialistes, ou plutôt des membres du parti socialiste élus dans ce cadre. Certains l’ont déjà ouvertement rallié. Les plus en vue, en dehors de Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, se nomment François Patriat, sénateur de la Côte-d’Or, Richard Ferrand, député du Finistère, Stéphane Travert, député de la Manche, Arnaud Leroy, député des Français de l’étranger, Nicole Bricq, ex-ministre et sénatrice de Seine-et-Marne.

On est en droit de demander à ces élus leur démission. Ils flouent leurs électeurs. En cours de mandat, ils soutiennent une cause concurrente. La morale et l’honnêteté disparaissent au profit du double jeu et de la traîtrise. Conserver les avantages de l’élection obtenue par tromperie ne renforce pas la gloire de ces arrivistes. La cohérence politique voudrait qu’ils abandonnassent leur mandat dans la mesure où leur désormais mentor ne se situe ni à droite, ni à gauche et de toutes façons, hors de la sphère socialiste. Espérons pour l’honneur du parti socialiste qu’il saura exiger une clarification, au prix éventuel d’une épuration. Et l’urgence interpelle : la primaire de Janvier 2017 ne devrait pas pouvoir se dérouler avec une cinquième colonne au service de Macron.

En son temps, le Club des Jacobins, instance progressiste s’il en fut, adopta cette logique. Il la poussa sans doute beaucoup trop loin. Mais les Jacobins se montrèrent soucieux de cohérence, et de fait, pendant longtemps leur relative union leur permit de peser sur le cours de la Révolution. Ainsi, sous la Convention, le Club décida d’exclure les députés qui n’avaient pas voté la mort de Louis XVI ainsi que ceux qui votèrent en faveur de l’Appel au Peuple. Il s’agissait là d’interdire le Club à des modérés, toujours soupçonnables de nostalgie royaliste. Les Jacobins se méfiaient aussi des arrivistes.

La séance du 22 Frimaire An II (12 Décembre 1793) se suffit à elle-même pour illustrer leur besoin pointilleux de cohésion. Cette séance, consacrée à l’épuration des représentants du Peuple, donne lieu à plusieurs exclusions. Successivement, Couppé, député de l’Oise, parce que curé, Casabianca, député de Corse, parce que non régicide, l’ex-marquis d’Aoust, député du Nord, parce que noble, Duhem, député du Nord, parce que hostile à Robespierre, le baron prussien Cloots, député de l’Oise, parce qu’étranger et noble, se voient contraints d’abandonner le Club des Jacobins. En fin de séance, dans laquelle Robespierre distribue bons et mauvais points, le Club décide le principe de l’exclusion de tous les nobles, prêtres, banquiers et étrangers. Ainsi, dès avant la fin de l’année 1793, le Club se transforme en arène oppressante où l’exclusion de tel ou tel annonce un début de descente aux enfers, où l’influence de tel ou tel autre tétanise les bonnes volontés.

Ce danger ne menace pas le Parti Socialiste, si dépourvu d’énergie. Il lui en faudra pourtant car, même avec des perspectives maussades lors des prochaines échéances, l’exigence de cohésion impose une forme d’épuration. Il en va de son avenir.

Une réflexion sur “ EPURATION ”

  1. Bonjour,
    J’ai lu avec intérêt votre analyse mise en ligne hier.
    Bravo pour le parallèle entre les pratiques de la Convention et celles en vigueur aujourd’hui chez certains députés.
    Néanmoins, ce parallèle trouve des limites : aujourd’hui, seraient susceptibles d’être exclus du PS des députés mis en cause pour leur pratique (soutenir un candidat non membre de leur parti (il le fut entre 2005 et 2009, je crois). Sous la Convention, certains étaient exclus non pour ce qu’ils faisaient mais pour ce qu’ils étaient (nobles, membres du clergé, étrangers…).
    Par ailleurs, le PS lui-même gagnerait à clarifier sa position vis-à-vis de l’économie de marché et de la mondialisation, et à redéfinir le contenu de la justice ou de l’égalité dans une économie mondialisée.
    Enfin, permettez-moi de vous préciser que dans la langue française, le nom des mois commence par une minuscule et non une majuscule. Vous vivez dans un univers forgé par la culture anglo-saxonne.
    Merci de me lire.

    PS : peut-on s’abonner à votre blog pour être informé automatiquement des nouvelles mises en ligne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>